Vue de dessus des enfants qui jouent

Apprenez à votre enfant à bien dormir...

Tout comme chez l'adulte, les thérapies comportementales (voir ci-dessous) permettent un véritable entraînement et apprentissage en intégrant tous les paramètres y compris l’environnement de sommeil. Elles permettent d’habituer l’enfant à son propre lit, de diminuer la charge anxieuse associée à sa chambre, mais aussi de modifier les attitudes parentales qui entretiennent parfois ce processus.

Bébé / Enfant

Problème cible :

Votre enfant souffre d'insomnie, ou ne s’endort pas en dehors de votre présence. La nuit, il se réveille et ne se rendort pas sans vous.

Il existe une méthode simple permettant à votre enfant de retrouver confiance en son sommeil et de prendre plaisir au coucher. Cette méthode n’est pas brutale, mais au contraire très progressive. Vous pouvez la mettre en œuvre, dès lors que votre enfant rencontre des difficultés de séparation au coucher. Son fondement repose sur des techniques dites comportementales et qui consistent à réduire la composante anxieuse liée à la situation du coucher. Votre enfant doit apprendre à résoudre un problème, celui de s’endormir seul. En l’absence de stratégie efficace pour y parvenir, il n’a d’autre solution que de manifester son mécontentement, sa colére ou ses craintes.

Votre rôle est de lui apprendre à réussir son endormissement.

Si l’enfant ne sait pas s’endormir seul au coucher, il aura les plus grandes difficultés à le faire s’il se réveille la nuit. Or, les éveils nocturnes sont dans bien des cas physiologiques, c’est-à-dire survenant de façon normale.

Votre rôle n’est pas de l’endormir mais de lui permettre de s’endormir seul.

Objectif de la prise en charge à atteindre :

Obtenir que l’enfant s’endorme seul, en dehors de la présence d’un adulte. 

Les points de repère :

La réussite sera mesurée au nombre d’endormissements réussis par l’enfant, c’est-à-dire où il se sera endormi sans l’adulte à ses côtés, même s’il y a eu plusieurs interventions de la part de celui-ci, avant de parvenir à ce résultat.

En pratique la prise en charge comportementale vosu permettra d'apprendre à votre enfant que :

  • Le rituel de coucher est bref (moins de 10 minutes) et ne se produit qu’une fois

  • Vous venez lui rendre visite dans sa chambre et non l’inverse

  • Vous venez après une attente (relativement brève) et non immédiatement

  • En aucun cas vous ne restez dans sa chambre jusqu’à l’endormissement

  • Vous l’encouragez à prendre un doudou

  • Vous évitez les doudous alimentaires (biberon de lait ou d’eau)

Adolescent / jeune adulte

Problème cible : L'insomnie

Votre enfant souffre d'insomnie. L’insomnie est la plainte d’une mauvaise nuit en raison d’un sommeil insuffisant ou non récupérateur. Ces problèmes ont un retentissement sur la forme dans la journée. 

Problème cible : Le syndrome de retard de phase

Les heures d’endormissement et de réveil sont retardées par rapport aux heures normales, avec un endormissement qui survient après 1h du matin, et un réveil difficile le matin. Après l’endormissement, le sommeil est normal mais le réveil  peut-être spontanément décalé jusque tard dans l’après-midi, si le décalage est important.

L'insomnie ?

L’insomnie est la plainte d’une mauvaise nuit en raison d’un sommeil insuffisant ou non récupérateur. Ces problèmes ont un retentissement sur la forme dans la journée.

Comment reconnaître une insomnie ?

Il existe plusieurs signes :

  • des difficultés d’endormissement ;

  • des difficultés à rester endormi avec des réveils en milieu de nuit ;

  • un réveil matinal trop précoce ;

  • pour parler d’insomnie, il est nécessaire que la qualité de la journée soit altérée d’une manière ou d’une autre par ce mauvais sommeil.

Ces symptômes peuvent se combiner et être plus ou moins graves en fonction de leur fréquence.

Dans la journée, un mauvais sommeil posera problème principalement sur ta concentration, tes performances scolaires, ta vigilance et ton humeur.

 

Tout comme pour l'adulte, la Thérapie Cognitive et Comportementale pour l'insomnie sera le traitement à privilégier chez votre enfant.

Le syndrome de retard de phase ?

Attention, il ne faut pas confondre l’insomnie avec :

  • un endormissement tardif dû à un retard de phase du sommeil où l’endormissement survient souvent à 1h du matin ou plus. Le réveil est difficile et spontanément tardif. Le sommeil est décalé dans la nuit, mais une fois enclenché, il se déroule d’une traite, en quantité suffisante. Il s’agit d’un sommeil récupérateur si le réveil n’est pas provoqué, comme c’est le cas en vacances 


Objectif à atteindre :

L’endormissement se fait plus tôt le soir. Le réveil est plus facile. La fatigue est moins présente.

 

En pratique :

Les techniques thérapeutiques pour traiter les retards de phase sont basées sur la connaissance de la chronobiologie pour remettre à l’heure l’horloge biologique. Le thérapeute préconise un réajustement des horaires de coucher et de lever, mais il faut de toute manière y associer un renforcement des synchroniseurs par l’utilisation de la lumière (luminothérapie) et de l’activité physique.

 

La chronothérapie par retard de phase est une technique qui va retarder l’endormissement de jour en jour, jusqu’au moment où le sommeil se trouvera à nouveau calé sur la nuit (en 8 jours environ). Il est plus facile pour l’organisme de reculer l’heure de l’endormissement  plutôt que de l’avancer. L’heure du coucher est retardée de trois heures chaque jour pour retrouver un horaire normal de coucher. Cette technique a l’avantage d’être rapide, mais il faut être très motivé, persévérant et aussi soutenu (parents, amis, thérapeutes) car il y a indéniablement une fatigue au début.

Dans les syndromes de retard de phase modéré, il est proposé une avance progressive des horaires de lever,  associée à un renforcement des synchroniseurs, notamment en utilisant la lumière et l’activité physique le matin. Cela a pour effet de déplacer progressivement les horaires de sommeil car en renforçant la régularité de l’heure du lever, il y a une adaptation de l’horloge interne qui entraîne un endormissement plus précoce au bout de quelques jours. 
Lumière et activité physique matinales jouent sur l’horloge biologique et provoquent une avance de la phase de sommeil. L’endormissement se fait donc plus tôt le soir, et le réveil matinal est plus facile. En pratique, cela peut se faire simplement en organisant, peu après le lever, une marche rapide ou un jogging en extérieur, tous les jours ou presque tous les jours.

 

En hiver, quand il fait encore nuit le matin et que la lumière naturelle est trop faible, une lampe de luminothérapie est proposée. 

La mélatonine est prescrite dans les différentes formes du retard de phase. C’est un régulateur des rythmes de sommeil et un facilitateur de l’endormissement. Elle est utilisée soit seule, en cas de syndrome de retard de phase léger, soit en association avec le renforcement des rythmes.